Après moi le déluge

Un film documentaire de Sophie Loridon

 

Entrer chez Lucie, c’est comme un retour vers le passé. Ici, rien n’a changé. Depuis toujours, j’ai rêvé de partager en images la vie de cette cousine éloignée. Cette paysanne du haut plateau d’Ardèche a construit sa vie autour du travail et de la nature environnante. Durant un an, au fil des saisons, nous allons à sa rencontre avec une caméra. Grâce à la complicité qui me lie à Lucie, aux nombreuses visites qu’elle reçoit, à son sens de l’humour conjugué au bon sens, nous sommes transportés dans un univers fait de simplicité…Nous ramenant à l’essentiel.

L’actualité de Lucie sur Facebook

LUCIE VIENT CHEZ VOUS

Au cinéma et en DVD

 

ENVOIS DE DVD

Un grand merci pour vos commandes de DVD qui participent à faire vivre le film… et surtout pour vos témoignages émouvants !…Qui sait, un jour peut-être Lucie viendra jusqu’au Japon ?


RECEVEZ LE DVD sur commande :


Envoyez un chèque de 20 euros
libellé à l’ordre de SOPHIE LORIDON
à l’adresse CINEDIA 19 RUE DR MAZET 38000 GRENOBLE

Dates des Ciné rencontres en présence de Sophie Loridon, la réalisatrice

AOUT 2018

St Jeure d’Andaure – 07
26 août

Nannay – 58
Festival Les Conviviales
28 août à 15h

SEPTEMBRE

St Agrève 07
Salle des Arts et Culture
14 Septembre à 20h30

Tence – 43
Cinétence
28 Septembre à 20h30
29 septembre 14H30

OCTOBRE

Annonay – 07
9 octobre à 20H30 – Cinéma Les Nacelles

Saint Agrève – 07
11 octobre Salle des Arts à 20H

Grenoble – 38
Festival du Film Pastoralisme et Grands Espaces
13 octobre Cinéma Le Club à 13H45 pré achats possibles dès le 29 septembre sur http://www.cinemaleclub.com/

NOVEMBRE 2018

Domène – 38
(Agglomération de Grenoble)
4 novembre à L’Escapade
à 15H et 17H30

Beaurepaire – 38
9 novembre – Cinéma l’Oron à 20H30

Annonay – 07
13 novembre à 20H30 – Cinéma Les Nacelles

Le Cheylard – 07

Mercredi 14 novembre à 15h et à 20h30
Vendredi 16 novembre : 21h
Cinéma VOX

Le Chambon Sur Lignon – 43
Cinema Scoop
23 novembre à 20H45
24 novembre à 15h

St Egrève – 38
25 novembre à La Vence Scène à 17H30

Tullins – 38
30 novembre au Cinéma Paradiso à 20H30

DÉCEMBRE 2018

Desaignes – 07

2 décembre à l’ Espace Culturel à 16h

Tournon sur Rhône – 07

20 Décembre à 14h30 au Ciné-Théatre (sans la réalisatrice)

JANVIER 2019
Le Mazet Saint Voy – 43
26 janvier à 15h30 et à 20h au CalibertLe Puy en Velay – 43
27 janvier à 18h30 au Ciné DickFEVRIER 2019Bourgoin Jailleu- 38
03 février 17h30 (à confirmer) au Kinepolis5 février et 6 février (sans la réalisatrice)Tournon sur Rhône – 07

06 février à 20h00 au Ciné-ThéatreLamastre – 07
09 février à 15h et 18h au Centre CulturelLabatie d’Andaure – 07
10 février à 18h00 salle des fêtesAVRIL 2019

Proveysieux – 38
5 avril à 20h Salle des fêtes

 

Une vie laborieuse, humble, mais libre

 

LUCIE (1916-2010) a traversé tout un siècle dans une grande simplicité, une vie seulement rythmée par les saisons et par les multiples travaux de la terre qui les accompagnent. Elle a vécu, vieilli là ou elle est née, dans cette solide bâtisse de pierres, au toit de lauzes, à la charpente plusieurs fois centenaires. Elle y restera jusqu’au dernier jour de sa vie grâce à la solidarité des gens du plateau.

C’est une vie au naturel qu’elle a choisi, une vie marquée par une grande rusticité, beaucoup de sobriété et de rudesse ; l’eau claire du bassin était bien froide les mauvais jours et la chaleur du vieux poêle bien légère au coeur de l’hiver. Lucie était viscéralement attachée à sa terre, habitée par beaucoup d’humilité, animée par la foi du charbonnier.

Pour Lucie et sa sœur Vastille, avec qui elle a vécu en symbiose jusqu’en 2002, pas question de modifier l’exploitation familiale. Peu à peu le troupeau a disparu, arbres et ronces ont envahit terrasses et prairies. Mais c’est à “Dieu” qu’elle abandonne leur sort, le laissant décider de ce qu’il adviendra. Dans cette vie de labeur,

Vastilles et Lucie se sont forgées des certitudes. Inséparables, elles se sont protégées mutuellement du monde extérieur. Lucie a résisté, sereine au temps et aux artifices de notre époque, lucide et pleine de bon sens. Elle a su se satisfaire de l’essentiel.

 

Témoignages

 

Pierre-Yves Schneider, journaliste

 

LUCIE est un film documentaire aussi limpide que délicat qui respire, trotte puis résonne délicieusement dans la tête, longtemps après qu’on l’ait savouré une première, puis une seconde fois.  Ce portrait sensible d’une paysanne du haut-Vivarais qui a vécu ses quatre vingt quatorze ans dans une antique maison de pierre – une ancienne grange accrochée à flanc de montagne- est signé Sophie Loridon, sa jeune cousine.

Le résultat qu’elle voulait tant partager est là : une réussite de délicatesse et de tendresse que ce témoignage authentique sur une vie simple, assurément spartiate mais sereine si ce n’est épanouie, telle qu’ont du la connaître des générations de paysannes, veuves trop tôt ou juste solitaires, figures oubliées de cette Ardèche du nord (des images tournées en super 8 nous la rappelle joliment tout au long du film) si belle et si rude, encore aujourd’hui, en ce début de 21ème siècle.

Au rythme discret des saisons, à la découverte d’une nature préservée, austère mais exceptionnelle de beauté, ou bien à marquer ce temps immobile face à la cheminée ou devant le bol de soupe quotidien, au son du vent qu’on imagine souvent glacé ou d’une musique originale remarquable, c’est à la rencontre tranquille d’une grand-mère souriante et inspirée et à ses douces ou dures « souvenances » que nous invite ainsi Sophie Loridon.

Difficile d’être plus terrien et dans le même temps aussi léger que ce documentaire rare et précieux. Lucie, elle, forte de sa foi est assurément montée au ciel, parmi les étoiles, brillante comme un diamant.

 

ccd

 

Denis Ramos, réalisateur

 

Je suis parti pour ce voyage éclairé par cette femme que tu rends immortelle.

Ce film est un petit trésor. Authentique et pur par ses intentions.

Ta présence apporte cette humanité rare. C’est réussi.

Nous sommes resté sous le charme d’une réflexion existentielle provoquée par un petit être ayant subsisté courageusement dans l’oubli d’une vallée perdue.

Raphaële Bruyère, Poète

Sophie Loridon suit Lucie pendant plusieurs saisons. Ce film nous parle, avec une grande générosité et une infinie délicatesse, d’une femme et de son paysage. Ce sont les dernières saisons de Lucie. Les biscottes ramollies au lait chaud, les rides du travail des champs et du soleil ardéchois dans le visage de Lucie, les objets laissés là, inutiles, l’hiver qui ferme le chemin menant à la ferme, tout évoque la solitude et la fin de la vieille dame. Et pourtant ce film est joyeux, les poèmes qu’elle dit de mémoire, son rire espiègle, les quelques visites qu’elle reçoit, la douceur des vallons, la poésie des détails sont autant de sourires. Avec ce film, Sophie Loridon nous donne un magnifique moment cinématographique et toute la tendresse qu’elle porte à Lucie, sa cousine.

Dorothé Bednarek, Professeur d’histoire

Je vous remercie vivement de m’avoir fait rencontrer Lucie. J’en suis profondément touchée.  Un monde qui a disparu, la vie d’une femme si éloignée des nôtres et pourtant par bien des aspects si proches. Elle m’a émue, m’a fait beaucoup sourire également- en mai, devrais je quitter tout ce qui me plait après avoir tenu en équilibre sur un fil au mois d’avril- me fait aussi réfléchir sur le temps qui passe et les quêtes que nous y inscrivons en filigrane. Elle m’a rappelé une grand mère limousine que j’ai bien connue, paysanne dans les regards quelle porte entre présent et passé, dans les souvenirs où percent avec pudeur peut-être quelques regrets. Merci vraiment du fond du coeur. Je  souhaite que Lucie trouve un public à sa hauteur.

L'HISTOIRE DU FILM

9 ANS POUR ARRIVER SUR VOS ECRANS

 

Le tournage a eu lieu en 2009 avec une seule caméra. Tout a été filmé spontanément, les visites n’étant pas préparées à l’avance. Nous avons suivi le cours de la vie de Lucie naturellement. Elle aimait que je vienne la filmer, et mine de rien en était très contente. Elle savait qu’elle appartenait à un autre temps et m’a offert son entière confiance.

Il a été nécessaire que j’apparaisse dans le film afin de converser avec Lucie tout en lui permettant de garder son naturel. Aussi jouant le rôle de confidente, pour marquer à l’image cette complicité, j’ai fait le choix de garder les « OFF » du film, ces moments de vie où le tournage se joue dans le film.

Le parti pris de réalisation a été de laisser à l’image le temps au temps, et parfois des silences…Nous respirons au rythme de Lucie, lenteur de l’image révélant la sagesse d’une vie accomplie…

 

 

 

 

 

La Musique Originale

En 2017, je rencontre Hugues Laurent le nouveau locataire de « Chez Lucie ». Destin ou hasard ? Il est auteur, compositeur et pianiste. Je partage avec lui le souhait d’une musique originale pour le film en construction. Je rêve depuis toujours de piano pour
Lucie.…C’est en janvier 2018, lorsque la première version du film émerge, qu’Hugues Laurent découvre LUCIE et décide de se lancer sans hésiter dans l’aventure, touché par ce personnage authentique. C’est ainsi que la BO est née, à Malfougères. Lucie ne pouvait trouver meilleur interprète pour donner à ce film un supplément d’âme.
Ce sont trois générations qui désormais cohabitent dans cette maison, redonnant vie au hameau.

Les images Super 8

Lucie est une cousine du second degré de ma grand-mère, Yvonne Vareilles car leurs pères respectifs étaient cousins germains. C’est son mari, Goerges Terraz qui tournera ces images super 8 d’une grande beauté. Nous découvrons grâce à ces images les foins, les terrasses encore entretenues, le travail des bêtes, la dernière
moissonneuse batteuse du XXeme siècle, la nostalgie des vacances au bout du monde et de l’homme qui travaille avec la nature. La nostalgie d’un temps révolu.

 

 

Un film auto-produit

J’ai gardé les images bien précieusement durant 9 ans, espérant un jour trouver le temps de réaliser ce film. Puis en 2018 je me suis jetée à l’eau pour que naisse de ces images une histoire, celle de Lucie. Je n’ai attendu aucun financement puisque c’était une histoire
de coeur entre Lucie et moi…

Alors MERCI à tous ceux qui ont participé avec l’achat du DVD et à CINEDIA.

Bande Originale Hugues Laurent
Opérateur prises de vue Sandro Lucerna
Opérateur prise de son Bernard Crozas
Montage et étalonnage Sophie Loridon

Mixage son Laurent Mollard, Gaïne Audio
Super 8 Georges Terraz

BA et graphisme Gulsah Keles

Conception DVD Denis Cugnod
Production CINEDIA

 

 

 

Vous souhaitez échanger avec la réalisatrice du film, programmer le film dans votre ville, acheter le DVD ?

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Quel film envisagez-vous ?

Votre message